Bronzés à Varese

7 années se sont écoulées depuis ma dernière médaille en quatre de couple. Est-ce un signe du destin mais cela était déjà du bronze sur le bassin de Pékin en 2008. Ma dernière médaille internationale remonte à 3 ans en double scull avec Cédric (Berrest). Là aussi du bronze en coupe du monde à quelques semaines des Jeux de Londres. Mais revenons sur ce week-end de courses.

 

Ce week-end n'était pas un week-end de régate habituel pour moi. Non seulement c'était ma première fois en quatre de couple depuis de nombreuses années mais aussi et surtout, c'était ma première course depuis mon opération du dos. Je peux vous dire qu'au moment de rentrer dans les starting blocks, j'ai du souffler un bon coup et essayer de me calmer car mes pensées commençaient à échapper à mon contrôle. Pour la première fois de ma carrière, mes mains tremblaient au départ d'une course. Je savais que je voulais être là et pour rien au monde je n'aurais voulu échanger ma place mais j'étais dans l'inconnu. Allais-je être capable de pousser mon corps à sa limite de nouveau ? J'ai essayé de penser à tous les entraînements au Canada où nous nous sommes poussés relativement loin dans le tolérable récemment. Donc je savais que je pouvais avoir confiance dans la capacité de mon corps à tenir le coup. Mais je ne pouvais m'en empêcher. Moment de vie étrange une fois de plus. La lumière est passée au rouge puis au vert et toutes les pensées négatives se sont évanouies. J'étais de retour dans mon élément : la course.

 

WCII150619 K045900


Nous avons débuté cette Coupe du Monde comme demandé par les coaches. Nous avons pu constater que nous    étions capables de jouer avec les meilleurs équipages du plateau. En finissant 2èmes de notre série au terme d'une course bord-à-bord avec les Anglais vice champions du monde l'an passé, nous sommes passés par la case repêchage. Nous remportons celui-ci face aux Polonais, nous offrant ainsi un billet pour la grande finale du dimanche après-midi. Nous étions alors confiants dans notre capacité à délivrer de la bonne vitesse sur 2km. Les instructions pour cette finale étaient claires : un solide 1000 du milieu. Nous nous sommes servi de notre départ pour prendre l'avantage et creuser l'écart au milieu. Nous menons la course presque pendant les ¾ du parcours avant de nous faire remonter dessus par les Anglais puis les Allemands dans les derniers coups de la course. Nous sommes heureux de cette médaille de bronze mais aussi un peu frustrés de ne pas avoir réussi à contrecarrer le retour de ces deux bateaux dans le sprint final. Je n'ai pas souvent eu l'occasion de mener une course de cette façon au niveau international. L'expérience et les kilomètres ensemble sont des éléments qui nous manquent encore. Nous ne ramons ensemble que depuis quelques semaines. Mais la base est solide. Nous quittons Varese avec une meilleure idée d'où nous en sommes. Il y a toujours du travail et nous savons que nous pouvons le faire.


Notre prochain arrêt : Rotterdam (Pays-Bas) pour la Holland Beker le week-end prochain. Nous serons alignés en quatre de couple le samedi ainsi qu'en huit le dimanche. Pourquoi le huit ? Car nous serons ensuite aux Jeux Panaméricains à Toronto mi-juillet où nous ramerons dans cette embarcation (ainsi qu'en huit). Je suis vraiment heureux de concourir en huit au Canada. Il y a un tel héritage avec de nombreux titres de champions du monde et olympiques. C'est l'embarcation canadienne par excellence et je suis fier de faire partie de l'aventure lors de ces jeux continentaux à la maison avec notamment à bord certains des médaillés de Londres 2012. Gros huit en perspective...

 

Pour revoir la course : ICI  (Catégorie M4X)

 

« L'aventure continue... »